Gio Ponti, la fascination de la céramique

Photographie de Gio Ponti (1891-1979)
Photographie de Gio Ponti (1891-1979)

Les créations de Gio Ponti dans le domaine de la céramique ont représenté un moment fondamental dans sa recherche complexe de design, en occupant, dès 1923, la direction artistique des deux manufactures de Richard Ginori : celle de San Cristoforo, près de Milan, spécialisée en poterie et celle de Doccia, dédié à la production de porcelaine fine. La collaboration de Ponti avec Richard Ginori - qui dura officiellement jusqu'en 1930, année de la mort d'Augusto Richard, mais qui se développa également dans les années suivantes - coïncida avec la nécessité pour la société de renouveler sa production, malgré l'ouverture temporaire au début du siècle aux demandes de l'art nouveau, sur l'imitation des modèles traditionnels et passés.

Gio Ponti, directeur artistique de Richard Ginori

L'importance de cette expérience professionnelle pour Gio Ponti est attestée par le fait que tout au long des années vingt, son oeuvre se distingue par l'activité de directeur artistique de Richard Ginori (comme le confirment les quatre cents pièces actuellement conservées au musée de Doccia) et pour son travail parallèle dans le domaine du mobilier.

Lorsque Richard Ginori remporte le Grand Prix de l'Exposition Internationale des Arts Décoratifs et Industriels Modernes de Paris en 1925, le jeune Ponti est directeur artistique depuis deux ans et a révolutionné toute la production.

Ponti ne trahit pas les attentes de Richard Ginori : convaincu que le lien entre l'Art et l'Industrie était une condition essentielle à la création d'un style et d'un goût véritablement modernes, il renouvelle en profondeur la production de la manufacture Richard-Ginori, ancrée jusque-là dans un goût historique lié aux formes et décors utilisés par l'usine au XVIIIème et XIXème siècles. Il ne crée pas seulement les célèbres Grands Objets d'Art pour collectionneurs et musées (de « La Conversazione Classica » à « La Casa Degli Efebi », en passant par la « Vaso delle Donne e Delle Architetture »). Mais il organise aussi un système de familles de pièces, de la grande à la très petite, de la famille du « Blue Ponti » à l'or gravé à la pointe d'agate à la famille du grand rouge de Doccia,

promeut le premier catalogue complet de céramiques Richard Ginori, et conçoit sa propre publicité dans Domus, un magazine qu'il fonde en 1928.

Trois céramiques exceptionnelles de Gio Ponti

Gio Ponti, « La Conversazione Classica », vase avec couvercle, 1929, exécuté par Richard Ginori, porcelaine polychrome
Gio Ponti, « La Conversazione Classica », vase avec couvercle, 1929, exécuté par Richard Ginori, porcelaine polychrome

La Conversazione Classica a été présentée pour la première fois en 1925 à l'Exposition Universelle des Arts Décoratifs et Industriels Modernes à Paris, où Richard Ginori a remporté le prix le plus prestigieux, le Grand Prix. Ce vase est l'un des exemples les plus accomplis et les plus importants de la production innovante de Gio Ponti chez Richard Ginori. Ponti a développé ici certains des personnages présentés dans un vase antérieur avec couvercle, « La Passeggiata Archeologica », créant ainsi une oeuvre beaucoup plus complexe.

La composition de « la Conversazione Classica » est très détaillée par le nombre de personnages, d'éléments architecturaux et d'objets spécialement conçus pour elle. La décoration s'inspire du néoclassicisme et la forme est typique de la poterie étrusque. La Conversazione Classica' est un témoignage de la capacité supérieure de Gio Ponti à élever un objet purement décoratif, inspiré de formes anciennes et fabriqué avec l'aide d'artisans hautement qualifiés, dans une oeuvre d'art magnifique.

« La Conversazione Classica » fut vendue chez Christie's le 12 décembre 2016 pour 118 750 $.

Gio Ponti, « Vaso Delle Donne Delle Architetture», vase important et monumental, 1923-1930, exécuté par Richard Ginori, faïence polychrome
Gio Ponti, « Vaso Delle Donne Delle Architetture», vase important et monumental, 1923-1930, exécuté par Richard Ginori, faïence polychrome

Dans ce très grand vase, Vaso Delle Donne Delle Architetture, l'influence de la Renaissance italienne se fait sentir, tant au niveau des décors architecturaux que par l'emploi du bleu et du blanc.

Il s'agit d'un grand vase globulaire décoré de huit femmes nues alanguies sur des nuages sur un fond de monuments dans la plus pure tradition classique, allant de la rome antique à la Renaissance d'une rare beauté et sophistication. La complexité du décor fait de cette majolique une pièce unique. Les noms des huit demoiselles figurent sur le col du vase sur deux niveaux séparés par une ligne bleue discontinue : Fabrizia, Léonia, Donatella, Balbina ,Domitilla, Emerenziana, Apollonia et Agata.

Dans cette oeuvre, Ponti retrace des millénaires d'histoire, depuis les Romains jusqu'à la Renaissance.

Ce vase fut vendu chez Christie's le 12 décembre 2016 319 500$.

Gio Ponti - Vaso delle Donne de dei Fiori con le Architetture, 1924-1930, vase monumental en faïence polychrome
Gio Ponti - Vaso delle Donne de dei Fiori con le Architetture, 1924-1930, vase monumental en faïence polychrome

Ce vase, Vaso delle Donne de dei Fiori con le Architetture, fait partie du « Mie Donne », une série d'objets en majolique décorés d'une figure centrale allongée sur des nuages et d'autres décorations. Cette série a débuté en 1923 et s'est progressivement complexifiée pour inclure des figures couchées sur des fleurs géantes et l'ajout d'éléments architecturaux imaginaires à l'arrière-plan, comme illustré dans les présents exemples. Le riche vocabulaire exprimé par Ponti dans la décoration des vases est complété par le choix audacieux des couleurs. Comme typique de cette série, le fond est d'un bleu intense, appelé « Blue Ponti » par l'architecte, tandis que pour les figures et la décoration Ponti a choisi le marron clair, le jaune profond et le bleu clair de l'élégant drapé. Stylistiquement Ponti reprend la leçon de l'Art Déco français qui s'exprime particulièrement dans la conception des figures, allongées et stylisées. La rigueur et la subtilité de la composition témoignent cependant de son approche originale et de sa capacité à élever des objets purement décoratifs au rang de magnifiques oeuvres d'art.

En tant que directeur artistique de Richard Ginori - nommé comme architecte et non comme céramiste - Gio Ponti a eu l'occasion d'exprimer son aspiration à comparer la rigueur du style avec les exigences de production des industries. Comme il l' écrit dans la Casa all'italiana : « L'industrie crée le style et génère le style : l'industrie est la voie de notre temps ». Et si les collaborations importantes qu'il a entamées avec d'autres industries au début des années 1930, après avoir quitté Richard Ginori, ont eu un impact décisif sur la formation du futur design italien, son expérience spécifique dans le domaine de la céramique a réellement représenté, comme le disait Paolo Portoghesi, la « préhistoire » du design.