Jean-Michel Basquiat, son génie en une oeuvre

Nous allons vous présenter la carrière fulgurante de Jean-Michel Basquiat au travers d'une de ses oeuvres emblématiques : RED RABBIT, une peinture à l'acrylique et à l'huile, que Jean-Michel Basquiat réalisa en 1982 et qui fut vendue chez Christie's à New York le 17 mai 2018.

Red Rabbit de Jean-Michel Basquiat, peinture à l'acrylique et à l'huile de 1982
Red Rabbit de Jean-Michel Basquiat, peinture à l'acrylique et à l'huile de 1982

Red Rabbit, Le lapin rouge, de Jean-Michel Basquiat est doté d'une électricité crépitante, un tableau remarquable de l'année de sa percée : 1982 et qui le consacra comme peintre de renommée mondiale. Avec ses précédents littéraires et picturaux allant du majestueux Lièvre d'Albrecht Dürer à Alice au pays des merveilles et au Lapin de Br'er, Red Rabbit de Basquiat montre sa connaissance encyclopédique de l'histoire de l'art associée à un style de dessin et de graffiti brut incomparables. Red Rabbit fait partie de la liste des héros et icônes que Basquiat a peints dans le sous-sol de la galerie d'Annina Nosei à New York durant la première moitié de 1982. Sur un fond rouge dont la teinte ardente rehausse l'énergie de sa représentation, Basquiat crée une représentation archétypique d'une créature symbolique. Son portrait est délibérément aplati en un rendu schématique rappelant les dessins d'enfants, les peintures rupestres anciennes et les hiéroglyphes égyptiens. Basquiat présente une bête hybride qui se hérisse d'anxiété. Étant donné que beaucoup de ses peintures sont autobiographiques, il est probable que Basquiat voulait faire de Red Rabbit un archétype personnel. Son statut unique d'artiste afro-américain travaillant dans le monde de l'art principalement blanc lui a peut-être permis de s'identifier à cette noble, mais non moins vulnérable, personnification du lapin légendaire.

Bien que ses grandes oreilles pointues ressemblent à celles d'un lapin, son large flanc et ses pattes avant et arrière minces ressemblent à celles d'un cerf, et ses yeux creux et sa mâchoire mince évoquent un chacal ou un chien sauvage. Cet être hybride prend des aspects de plusieurs animaux différents à la fois, un peu comme le sphinx mythique ou les personnages de contes de fées.

À travers les différentes cultures et à travers l'histoire de l'humanité, le lapin a symbolisé l'intelligence et la chance. Dans le monde occidental, porter une patte de lapin est censé ête une protection contre le malheur. Sa vulnérabilité face à des ennemis plus grands et plus puissants a conduit à l'associer à l'innocence, surtout lorsqu'elle est associée à la fête chrétienne de Pâques. Dans Alice au pays des merveilles de Lewis Carroll, c'est le lapin blanc qui mène Alice « au pays des merveilles », et dans « The Tale of Peter Rabbit » de Beatrix Potter, le lapin Pierre échappe de justesse aux griffes de M. McGregor grâce à sa ruse et sa rapidité. Dans les années 1960, le lapin blanc est associé à des drogues psychédéliques comme le LSD, qui a été immortalisé dans la chanson « White Rabbit » de Jefferson Airplane, interprétée à Woodstock en 1969.

En 1982, l'année où le lapin rouge a été peint, la gloire de Basquiat a atteint son paroxysme. C'est à cette époque qu'il a créé quelques-unes de ses oeuvres les plus significatives. Année charnière de sa courte existence, Basquiat fit le tour du monde, apparaissant lors de grandes expositions qui lui furent consacrées : « Annina Nosei » à New York, « Gagosian » à Los Angeles, « Bischofberger » à Zurich et « la Galerie Delta » à Rotterdam, ainsi que le spectacle « Transavanguardia » d'Achille Bonito Oliva à Modène. Cet été-là, il est le plus jeune artiste exposé à la prestigieuse « Documenta VII » en Allemagne, où ses oeuvres sont exposées aux côtés d'artistes aussi expérimentés que Gerhard Richter et Joseph Beuys.

Il est évident que Basquiat était conscient de son pouvoir en tant qu'artiste afro-américain extrêmement jeune qui a rapidement atteint la richesse et la renommée dans un monde à prédominance blanche. Dans Red Rabbit, Basquiat invoque sciemment l'héritage de Br'er Rabbit, un personnage popularisé par les histoires de l'oncle Remus publiées pour la première fois à la fin du XIXème siècle. Basquiat était tout à fait conscient du racisme naissant qui émane des histoires d'enfants apparemment inoffensives comme celles popularisées dans Uncle Remus. Le sujet du racisme est inhérent et omniprésent dans le travail de Basquiat.

Témoignage visuel du génie de ce jeune artiste, qui n'avait pas encore vingt-deux ans au moment de la création de l'oeuvre, Red Rabbit est une de ses contributions les plus importantes à l'histoire de l'art. Chapeau bas ! M. Basquiat.