Modigliani : être sculpteur avant tout

Modigliani débarque à Paris en 1906, la capitale mondiale des arts à cette époque. Au début, il cherche sa voie et peint dans le style de Toulouse-Lautrec, de Cézanne et s'inspire de la période bleue de Picasso. Très peu de ses oeuvres de cette époque nous sont parvenues, elles furent brûlées ou dispersées. Mais ce qui attire Modigliani, c'est la sculpture. Il se sent, se voit sculpteur avant tout. Entre 1909 et 1914, il laissera de côté ses pinceaux pour consacrer l'essentiel de son temps à la sculpture et au dessin.

La majorité de ses sculptures furent réalisées à partir de blocs de calcaire que Modigliani récupérait sur les chantiers de construction parisiens et qu'il transportait dans une brouette jusqu'à l'atelier qu'il partageait avec Constantin Brâncu?i, qui lui a appris à sculpter. l'influence de Brâncu?i sur Modigliani est décelable au même titre que les masques Guro de Côte d'Ivoire et que l'Egypte antique. Modigliani avait vu de nombreux exemples de ces objets rituels africains au Musée du Trocadéro, et leur impact était clairement reconnaissable en visitant l'atelier de l'artiste : « Son atelier à l'époque était un trou misérable dans une cour où il travaillait. Elle était alors remplie de neuf ou dix de ces longues têtes suggérées par des masques africains. », se souvint Lipchitz.

Mais l'extrême pauvreté dans laquelle vivait Modigliani eut des conséquences tragiques sur sa santé. Le travail physique que nécessite la sculpture l'obligea à s'arrêter de sculpter et il perdit son unique idéal. Dans les cinq dernières années de sa vie, il se remit à peindre dans son style qui devint si personnel, si reconnaissable : femmes aux longs cous, yeux en amande et bouches en forme de bouton.

Les sculptures de Modigliani sont très rares. Il en existerait une petite trentaine, essentiellement exposées dans des musées prestigieux et quelques-unes dans des collections privées. A Chaque apparition de l'une d'entres elles sur le marché de l'Art, le microcosme des grands collectionneurs est au rendez-vous.

Ces dernières années, ce fut le cas lors de la vente le 14 juin 2010 chez Christie's à Paris d'une sculpture de Modigliani, intitulée « Tête », qui trouva preneur pour la somme de 43 185 000 €

Sculpture de Modigliani, intitulée « Tête » vendue par Christie's
Sculpture de Modigliani, intitulée « Tête » vendue par Christie's

Et également, lors de la vente du 4 novembre 2014 chez Sotheby's, où une sculpture nommée également « Tête », établit un « nouveau record mondial » à 70 725 000 $ pour une sculpture de Modigliani.

Sculpture de Modigliani, intitulée « Tête » vendue par Sotheby's
Sculpture de Modigliani, intitulée « Tête » vendue par Sotheby's

Est-il envisageable de trouver des sculptures de Modigliani en vente sur le Net ?

Des originaux, nous ne le pensons pas.

La seule sculpture de Modigliani, que nous ayons trouvée en vente, est un bronze avec une magnifique patine que sa fille Jeanne Modigliani a fait réaliser chez Valsuani et qui porte outre la signature de Modigliani, la marque « MJ2 » pour « exemplaire Jeanne Modigliani ». Cette sculpture est intitulée : « Tête de jeune fille à la Frange ». La provenance de cette oeuvre, son exceptionnelle qualité, en font une oeuvre d'un très grand intérêt artistique. A découvrir sur le site luxvic.com.

« Tête de jeune fille à la Frange », sculpture en bronze de Modigliani en vente chez Luxvic
« Tête de jeune fille à la Frange », sculpture en bronze de Modigliani en vente chez Luxvic